Les critères d' admissions et de sorties

 

         Le projet des unités de vie pour dépendants psychiques impose de définir les limites de prise en soin que sont les critères d’admission et de sortie décrits ci-dessous ( critères définit par le psychologue et validé par le médecin coordonateur, le directeur et le conseil d’administration):

 

          Critères d’admission :

  • La déficience cognitive de la personne ne lui permet plus de vivre dans son environnement actuel sans se sentir mise en échec de façon répétée (pas de démence débutante). Mais ces déficits cognitifs ne sont pas d’une sévérité telle qu’ils ne lui permettaient plus de bénéficier des stimulations adaptées de ce nouvel environnement (pas de démence sévère)
  • La dépendance physique ne doit être que partielle, c’est-à-dire que la personne doit pouvoir se tenir débout avec l’aide d’une seule personne.
  • La personne, pour être admise, ne doit pas présenter de troubles comportementaux susceptibles de perturber les autres résidents de l’unité tels que : agressivité, délires (hallucination, intuitions, interprétations) , opposition systématisée, troubles anxieux générant des sollicitations excessives (syndrome de Godot)
  • La personne doit également avoir des besoins de socialisation compatibles avec la vie au sein d’une unité familiale. Une personne trop solitaire ne saurait tirer profit de l’ambiance conviviale propre à ce type d’unité.

 

Critères de sortie :

« Lorsque le stade d’involution atteint un niveau tel que la personne souffre plus d’être stimulée par le milieu qu’elle n’en tire de bénéfices, l’on ne peut pallier ces déficits que par la richesse d’un environnement adapté ». Lucien MIAS (gérontologue)

 

  • Lorsque la  dégradation cognitive ne permet plus à la personne de bénéficier des activités du quotidien proposées dans l’unité.
  • Lorsque l’importance des troubles du comportement suscite agacement, énervement et agressivité de la part des autres résidents.
  • Lorsque la dépendance physique de la personne mobilise plus d’un soignant (transferts ou toilettes non réalisables avec l’aide d’un seul soignant) et ne permet plus d’assurer une présence de l’équipe de soin auprès des autres résidents.
  • Lorsque la personne ne souhaite plus rien partager avec les autres et qu’elle préfère vivre isolée.

 

                  Toutes les 6 semaines, l’équipe pluridisciplinaire réévalue les capacités cognitives des résidents pour établir une lise de « sortants » mais aussi une liste d’entrants.

Date de dernière mise à jour : 2012-10-10